Rubrica

Bocas del Toro: un paradis qui se mérite

Tandis que nous nous éloignons de Shelter Bay, Tigris IV tangue déjà et nous promet une traversée un peu mouvementée.

Adieu Colon, Panama la «technique», la citadine. Elle nous aura laissé un goût amer, surtout lorsque la nuit arrive, trainant avec elle, dans ses ruelles malfamées, le peuple de l’ombre à la dérive…Prostitués, mendiants, trafiquants de tout poil…en mal de proies…Dernières images de la détresse humaine dans ce pays riche et moderne, qui n’en finira pas de nous hanter…

Le ciel est bas, le vent nous permet d’hisser la grand voile. Pour combien de temps? Nous n’en savons rien… Nous reprenons, nos lectures, nos rêveries, notre recherche de globicéphales, et plus pragmatiquement de portes-contenaires.

Notre navigation vers l’archipel de Bocas Del Toro sera un tantinet inconfortable, une houle nous berce, certes, mais la mer se teinte en gris, s’énerve, se met en paquet, nous bouscule. Bien que nous soyons en été, le vent devient un peu trop frais, ce qui en rajoute à l’inconfort du pont…le carré quand à lui sent le mazout, étant donné que nous avons du affaler grand voile, et naviguer au moteur…

Les heures passent avec la monotonie du paysage, cette mer toujours grise et en colère, le clapot a remplacé la houle, et tout l’équipage, silencieux, serrant de prés les cirés, attendent le retour d’un temps meilleur…Tigris IV fait des siennes! Il se met à ralentir comme s’il luttait contre un courant trop fort…il nous inquiète…le capitaine ne comprend pas… cherche…il est tendu, nous n’osons même pas lui montrer notre inquiétude. Soudain ! Lumière!! Notre capitaine vient de comprendre que nous avons du passer une zone avec des algues à foison, qui ont colonisé quille et hélice !!! Ouf !!! Par chance nous arrivons en vue des premières iles de l’archipel, et pouvons donc en toute sécurité faire les manoeuvres pour débarrasser Tigris de ses entraves…et «  cerise sur le gâteau  » cette première ile nous offrira un gite féerique : un mouillage dans une crique déserte à la Robinson Crusoe .

Après une nuit ressourçante, nous filons vers notre destination finale pour la partie Panaméenne, Isla Colon, où une place est réservée pour Tigris dans une belle marina .

Le temps est gris, mais la mer est plutôt calme pour ce dernier jour de navigation. Nous jetons une ligne bien sûr , et faisons une belle prise dans la baie de Isla Colon : une prise honorable : un thon … dont le capitaine lèvera les filets en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, et dont on se régalera en «tartare» pour notre dernier repas à bord .

Alors me direz-vous, Les Bocas?

Ma-gni-fi-ques !

Des gros morceaux de continents (d’un continent qui semble avoir explosé), couverts de jungle, un relief parfois escarpé, parfois avec mangroves, et offrant un l’ensemble harmonieux d’une cité lacustre … partout des pontons, des petites embarcations colorées stationnées devant les propriétés. Le dépaysement le plus total!

Pour sûr ici on va d’un point à un autre par voies d’eau.

L’ambiance est totalement Caribéenne, le reggae est omniprésent, la gaieté et le flegme du peuple aussi.

On y reçoit un accueil des plus chaleureux. La visite de la ville tourne court à cause d’une averse qui tombe drue! Mais qu’importe ce foutu temps, car il n’est pas meilleur endroit pour sentir «la vie des Bocas» que : la terrasse de notre hôtel …on y passera une très longue soirée, les yeux ne voulant pas perdre une miette, de ce mode de vie, où l’eau est omniprésente; un ballet incessant de petits bateaux va et vient sur cette mer d’huile où se dessinent tous les reflets de notre environnement. Ça crie, chante, s’interpelle, négocie, à part « nous » la pluie n’a fait fuir personne, et la vie continue sur ce morceau de terre joyeux.

Oui, joyeux est l’adjectif qui sied au peuple de cet endroit magique . Mon seul regret est de ne pas y avoir séjourné plus longtemps !

Demain le Costa-Rica pour clôturer ce périple …

Rolande Murat

Leave a Reply

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

Possiamo aiutarti? Invia una mail a: emotionletter09134@gmail.com