En Français

Carnet de voyage: un petit bout du Vietnam

Hoi An – Photo Rolande Murat

Nous sommes en décembre 2017, je vis toujours en Thailande, la fin de l’année est proche, et comme j’ai été sage je m’offre un bout de Vietnam. Un bout de ce pays gorgé d’eau, et moi quand il y a de l’eau je ne résiste pas! Alors du Mékong et autres fleuves qui nourrissent l’Asie du Sud-Est je n’en ai jamais assez!

En préparant mon périple, je pense faire dans le conventionnel, des sites connus et reconnus, je déssosse le guide du routard, et me voilà partie pour l’aventure.

Je commencerai par HOI AN inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, une perle qu’il ne faut pas louper!

Départ pour Hanoi, puis vol pour Danang et taxi jusque HOI AN.

De Hanoi à Danang j’ai une chance inouïe, je suis côté hublot et allez savoir pourquoi, l’avion vole à basse altitude, il fait beau et je peux déjà visiter cette tranche du pays.

La mer au loin et sur terre des ilots verts surgissent dans les méandres des fleuves où se devine des groupements d’arbres gigantesques. Toutes les nuances de vert des rizières, des villages colorés, des petites villes et un habitat rural dispersé. Beaucoup de canaux, peu de routes … je suis déjà émerveillée…

Ma guesthouse est à 30 minute de l’aéroport. Je suis accueillie avec sympathie et oh surprise, mon hôte parle le français qu’il a appris avec une dame Suisse vivant tout près de chez moi en Thaïlande!

Le monde est si petit! Ce détail me vaudra d’être traitée comme un membre de la famille, ça commence bien!

La confiance s’installe, je suis dans la partie “village ordinaire” de HOI AN… La nuit n’est pas encore tombée et je fais mes repérages pour le lendemain.

HOI AN, cette ville, toute de bois vêtue, est assaillie par une marée humaine dés 11h le matin, le sachant, j’y vais dès l’aurore pour arpenter ses rues, ses venelles, les rives du fleuve Thu Bon qui séparent les deux HOI AN.

Photo Rolande Murat

Je me régale. Il y a peu de monde. La ville est touristique et a une vie nocturne, alors elle sort tout doucement de sa torpeur, les terrasses s’animent, les commerces s’ouvrent, les livreurs s’affairent…Et moi je me réjouis d’être venue très tôt, et d’avoir eu l’illusion, pendant au moins deux heures, de visiter une vraie ville.

La belle, de bois vêtue, est un grand espace commercial débordant de boutique de souvenirs, de gadgets “made in…” . Aucun bâtiment n’a résisté à l’assaut du consumérisme, aucun…

Pour autant les beaux restes de cet extraordinaire passé architectural s’offrent à nos yeux, les bâtiments font l’objet de soins et de restaurations exemplaires. Les toits de tuiles, les balcons en bois ciselé, piliers, colonnes, portes, tout est beau, parfois avec une simplicité et parfois dans une débauche de ciselures et d’ornementations à tomber….

Photo Rolande Murat
Photo Rolande Murat

HOI AN est très belle et pour parachever sa beauté elle est aussi “la ville des lanternes” dont elle orne ses rues, ses arbres, et ses balcons.

Malgré la foule, HOI AN est paisible, elle déborde de petites échoppes d’art, de petits restaurants, de terrasses où il fait bon flâner …

Le lendemain il pleut, HOI AN est assiégée de visiteurs au point où l’on peut se demander qui, de parapluie ou de lanterne, remporterait le premier prix sinon de beauté du moins de couleurs!

Photo Rolande Murat

HOI AN est un incontournable du Vietnam. J’ai adoré!

La prochaine fois je vous emmène faire un tour en bus pour continuer à découvrir ce merveilleux pays.

Ne manquez pas le prochain rendez-vous!

Rolande Murat

Leave a Reply

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

Possiamo aiutarti? Invia una mail a: emotionletter09134@gmail.com