En Français

Editorial: Et la passion, bordel!

Possessivité, obsession, dépendance, exaltation, excitation, intensité…

La passion nous ne pouvons la définir qu’avec des mots extrêmes. Je ne parle pas de la passion entre deux personnes, ou plutôt pas seulement… je parle de la passion pour un sport, un endroit, un auteur… Les passions sont nombreuses, mais toujours elles provoquent le même sentiments en nous : une joie intense quand nous les vivons, une plénitude, mais quand elles nous manquent, c’est comme s’il nous manquait du carburant, un mal-être cuisant, une sensation de vide, de tristesse, presque de mort nous envahit.

Que dire ? Pouvons nous vivre sans passion et nous contenter du quotidien, de la banalité? Sans passion pas de souffrance et nous avançons cahin-caha.

Ou alors nous faisons le choix de vivre à 200 à l’heure, de se saoûler de joies, de bulles, même si nous savons que la chute sera dure, mais ces moments forts nous ferons jouir de chaque minute de la vie et grâce à eux nous tissons des souvenirs pour nos vieux jours.

Je ne sais pas pour vous, mais une vie plate et sans émotion forte, sans rire, sans pleur, sans chute et sans planer sur la crête des vagues, moi je n’appelle pas cela la vie, mais la survie.

Cette semaine nous prouvons encore une fois que dans notre revue l’émotion et l’intuition l’emporte sur la raison.

Ne manquez pas nos rubriques, vous trouverez sûrement une motivation, une inspiration pour affronter l’automne du mieux possible.

Nous vous souhaitons une semaine passionnée sur Emotionletter !

Christine Lauret

Leave a Reply

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

Possiamo aiutarti? Invia una mail a: emotionletter09134@gmail.com