En Français

En route pour Tam Coc (Vietnam 2)

Photo Rolande Murat

Je pars de HOI AN pour Hanoi en avion, un peu stressée car il me faut trouver un taxi qui m’emmène à la station de bus qui dessert Ninh Binh et Tam Coc. 115 km à faire pour rejoindre mon Guest house! Il tombe des cordes.

Je sors de l’aéroport en courant et demande à un agent : «  please the bus station to Ninh Binh!  » , il me désigne un vieil autobus me disant “Ninh Binh, Ninh Binh”, et avant même que je puisse dire oui ou non, ma valise m’est arrachée des mains, placée dans une soute effrayante de “lassitude” et moi même poussée à l’intérieur du bus au milieu de passagers tous morts de rire. C’est l’effet de ma tête, j’en suis sûre, car ma valise disparue, je fais mentalement l’inventaire de mes pertes

Le bus toussote, crachote, se cabre parfois sur cette chaussée glissante, encombrée, et oh combien bruyante! Au Vietnam il faut le savoir ils conduisent “au Klaxon” !

Le langage des signes aidant, après avoir bien rit les passagers m’offrent à boire et à manger. Je me détends. Après un trajet interminable sans stop, le bus s’arrête enfin dans une petite station et tout le monde descend. Le chauffeur m’explique, dans un anglais approximatif, qu’un minibus m’emmènera vers Tam Coc. Il me confie au bons soins de la responsable de station, à qui je donne l’adresse et le téléphone de mon hôte. Il fait très très froid, mais je suis rassurée, la vieille soute m’a craché ma valise intacte …tout va bien.

J’arrive au «  LYS HOMESTAY  » de Tam Coc il fait nuit. Je reçois un accueil chaleureux de Hûé et de son mari. Je grelotte, mais la chambre douillette et chauffée est un vrai bonheur! Hûé m’explique que pour mon périple du lendemain, elle me prêtera anorak, chaussettes, parapluie car il est hors de question de plomber mes visites par l’inconfort du froid.

Le jour suivant aux aurores, me voilà à l’embarcadère de Tam Coc, le temps est incertain, mais je suis équipée.

Embarquée avec un rameur qui rame avec ses pieds, un virtuose! Et c’est parti pour 3h de navigation à travers des petites rivières, des rizières, des pics karstiques.

Photo Rolande Murat

Le gris du temps en rajoute à la beauté et au coté mystérieux du lieux ! Oui il y a du monde, oui des «rameuses boutiques» essaieront au détours d’une grotte de me vendre quelque chose… quelle importance cela a devant toutes ces merveilles! Les reflets sont inouïs. Le créateur n’a rien oublié. Les nuances de verts, de gris dans cet univers où règne un silence religieux feront de ma parenthèse Vietnamienne un véritable enchantement. Je voudrais que la promenade dure, dure…

Photo Rolande Murat
Photo Rolande Murat

Dès mon retour à LYS HOMESTAY, Hûé toujours aux petits soins s’empresse, devant mon enthousiasme, de programmer Van Long pour le lendemain.

Un autre site sur des canaux au milieu de pics karstiques, de roselières peuplées d’oiseaux (héron, martins pêcheurs), il est très tôt, l’espace est comme vierge, ma rameuse et moi sommes seules au monde!

Tant de beauté m’étourdit, je rentre à Tam Coc Hûé m’emmène ce soir sur la place de l’embarcadère pour la fête des lanternes.

Photo Rolande Murat
Photo Rolande Murat

Peut être est-elle moins «vendue» cette Baie d’Halong Terrestre, mais je peux vous affirmer qu’elle est un joyau. Sa situation au départ de Tam Coc gros village bien sympathique est une plus-value et si comme moi vous avez la chance de rencontrer Hûé à LYS HOMSTAY votre séjour sera inoubliable!

Quelquefois penser et voyager hors des sentiers battus ça paye!

Rolande Murat

Leave a Reply

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

Possiamo aiutarti? Invia una mail a: emotionletter09134@gmail.com