En Français

Escapade sur le lac Tonlé-Sap

.

Le lac Tonlé-Sap , deuxième plus grand du monde après le Baikal me fascine depuis toujours ! Il est « l’aubaine nourrissante » pour les peuples colonisant ses bords, son centre … et je comprends aisément la lutte qui oppose Chinois et Cambodgiens pour sa préservation, les premiers voulant faire en amont un gigantesque barrage le vidant de sa substance!

J’espère de tout cœur que cela n’arrivera jamais.

Un voyage sur ce Tonlé-Sap représente « une galère » pour les Cambodgiens qui lui préfèrent la route.

Les embarcations ne sont pas sécures, selon eux et certains guides; aussi l’évocation d’y faire route pour rejoindre la ville est une ineptie…personne de t’y encourage…

Mais moi, je voulais naviguer sur le Tonlé-Sap.

Levée aux aurores, pour un départ prévu à 6h, le bateau ne partira qu’a 8H30! Et quand je dis bateau, ne fantasmez pas sur le moindre ferry! Malgré le coût de mon trajet à 25USD, personne ne me ménagera à l’embarquement sauf un petit vieux qui, en me poussant vers « le bateau », me susurrera dans un anglais approximatif : « va vite , tu auras une place assise, un gilet et de l’ombre ». Aujourd’hui encore je voudrais le remercier !

Propulsée à l’intérieur, je n’aurais pas le temps de voir l’engin dans sa totalité, mais les pares-battages en roues de bicyclettes me renseigneront sur la facture de l’engin … J’y suis, il est déjà bondé, 30 personnes, serrées, inquiètes, et je

me dis en faisant une prière : « Alea jacta est! ».

Ici rien n’est fait pour que l’on profite des paysages qui s’offrent à nos yeux ! Mais moi j’en veux pour mes dollars, me contorsionnant, mettant à rude épreuve tout mon squelette, coccyx et cou compris, je me régalerai de cette navigation insolite; le bateau franchissant des îlots de joncs, se faufilant dans des petits passages, entre les arbres (et oui des arbres géants sur le lac), et à travers des villages flottants, où il

laissera des clients pour en reprendre d’autres …

Féerique, sauf pour le confort…

Nous ferons une halte, dans (ou sur) un village flottant pour se restaurer. Là tout est régal; l’infinie propreté des lieux, l’accueil simple et chaleureux, un repas délicieux … j’ en oublierais presque le passage épique par « la case toilette», une longue et grosse boite faite de tôle ondulée, suspendue au dessus des nénuphars et bougeant au rythme des eaux du lac !!! Rien que ça !!!

Mais encore plus beau m’attends! Lorsque le Tonlé perd de son intégrité de lac pour devenir durant encore 2h « Sangker River». Belle, avec ses rives actives, une eau d’un incroyable vert qui est en fait le reflet des bambous majestueux qui poussent sur ses rives .

C ‘est l’heure où on traque le poisson, les filets sont lancés.

Des bandes d’enfants, plongent, nagent, rient, nous

interpellent…Ils semblent heureux…et moi je le suis assurément!…Je suis dans le monde de la Nature, le temps a suspendu son vol…

Rolande Murat

Leave a Reply

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

Possiamo aiutarti? Invia una mail a:

emotionletter09134@gmail.com