En Français

Hanoi: la fin d’un voyage

Fonte dell’immagine DGV Travel

Si mes déplacements se sont révélés, sur ces routes du Vietnam, plutôt pleines d’aventures, plutôt dans un confort sommaire; là, le responsable de la croisière en Baie d’Halong soucieux que l’on en garde un souvenir particulier, a fait venir sur le quai, les meilleurs taxis du coin, afin de nous soustraire en douceur à la brutalité du retour à la « vraie
vie ».
C’est donc en minibus luxueux, avec chauffeur extrêmement prévenant que je rejoindrais Hanoï.
Nous sommes le 31 Décembre, et dans cette partie du monde on prépare aussi le réveillon. Embouteillages obligent, le voyage sera long. Long oui mais il me permettra de « voir » ce que je n’aurais peut-être pas vu autrement transportée.
Je constate que pratiquement toutes les maisons sont très étroites mais hautes, le chauffeur m’explique alors que c’était pour le peuple une manière d’échapper aux taxes foncières énormes, celles-ci étant calculées uniquement sur la surface au sol !!!! Astucieux !!!
Le réseau routier est relativement bien entretenu, relativement propre, et le respect des biens de la collectivité saute au yeux.
Une autre chose m’épate : l’utilisation de l’espace ! Pour les besoins du peuple ! Et oui, là, où nous occidentaux nous nous attachons à créer du « ravissant pour l’oeil », les Vietnamiens s’attachent « à faire utile »…Ainsi, les terres-plains centraux entre deux voies de moyenne circulation sont de magnifiques jardins potagers !!!!
Scotchant , non??

Pareil dans les jardins publics, même chose entre deux travées de béton qui séparent les habitations.
Je n’aurais pas le temps d’en savoir plus sur « l’amélioration » par ces petites choses du « vivre ensemble », mais en tout cas, avec toutes les interrogations sur la consommation, et la place que prend partout « le ravitaillement de proximité », ça fait toute de suite chaud au coeur.
J’ai réservé un hôtel dans le vieux Hanoï.

Il y a en ville une effervescence incroyable. Un va et vient dense, des chants, des cris, de la lumière !
Marchands et clients s’affairent dans un tourbillon infernal ! Et quand les rues se vident , les commerces ferment leurs portes, et là j’assistent à quelque chose d’hallucinant !! Oui les ventes sont terminées, mais pas l’échange ! Tous les commerçants installent des tables, des chaises dans toutes les rues qui deviennent de faite piétonnes. Des kilomètres de tables croulent sous l’abondance des produits de fêtes…les réjouissances commencent et vont durer jusque 3H du matin . Il y a foule , ils ne boudent pas leur plaisir ! Et j’ai une tendre pensée pour leur vécu de guerre…je vois là un peuple qui rebondit à merveille, à travers un détail je devine que « la rancoeur » a cessé de les envahir… en effet beaucoup d’hommes, jeunes et moins jeunes, arborent l’effrayant, (pour moi), casque :« U.S.Army


Mais ils sont infatigables ces gens… « Hanoï dés le lendemain vit comme Hanoï »…. Moi je flâne, regarde, hume, m’émerveille de cette vraie ville , qui a certes « des travers touristiques » mais qui vit sa vie d’espaces authentiques.
C’est un dépaysement total, petites échoppes de guingois qui vendent tellement d’objets insolites!! Des échoppes spécialisées, que nous avons, nous, depuis tellement longtemps abandonnées au profit de l’industriel froid …je reste ainsi des heures à admirer un magasin de ficelles, cordes et autre liens … Et que dire des marchés !!! ma vue et mon odorat s’en repaissent…J’arpente durant plus de 8h ce lieu, je veux moi aussi « vivre Hanoï »

Je n’irais pas dans la nouvelle ville, c’est cet Hanoï là qui me fait rêver !!!

Photographie Rolande Murat


En revanche j’irai flâner dans le Hanoï bourgeois, où le passage Français reste marqué et pour longtemps. Des immeubles haussmanniens, magnifiques et parfaitement entretenus, des bâtiments administratifs qui sont l’exacte réplique des nôtres provoquent chez moi un drôle de sentiment…un mélange de fierté, et de…
regret…

Théâtre de l’opéra d’Hanoï


Je clôturerais ma virée attablée à la terrasse d’une splendide brasserie « Art déco » qui elle aussi a résisté aux affres de la guerre…
Je crois qu’il me faut y retourner !!!

Rolande Murat

Pour visiter Hanoi à travers les yeux de Rolande Murat ne manquez pas le shooting!

Leave a Reply

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

Possiamo aiutarti? Invia una mail a: emotionletter09134@gmail.com