En Français

Le Costa Rica, le secret d’un paradis vert

S’il est une destination que j’adore en Amérique Centrale c’est le Costa Rica. Pays avec une incroyable biodiversité, de l’eau à ne plus savoir qu’en faire, des volcans actifs, des animaux de tout genre. La terre tremble au moins une fois par jour au pays des Ticos (tendre raccourci de Costa Ricain), surtout vers Quepos, la pluviométrie y est incroyablement importante et les volcans menaçants et meurtriers… malgré cela, le morceau du «poumon du monde» sait depuis longtemps séduire avec son tourisme vert( très bien organisé) et son attachement au respect de l’environnement et la préservation des espèces.

S’endormir dans une cabane en bois en pleine jungle, bercés par les hululements d’une secrète faune nocturne, entendre le froissement des feuilles sèches sur lesquelles glissent un rampant pour le moins inquiétant, est une expérience où se mêle à la fois fascination et appréhension.

Pour cette partie de notre périple, je deviens “le maitre de cérémonie”, je connais le Costa Rica, mes amis le découvrent.

Nous quittons Bocas Del Toro sur un rapide bateau bus aux aurores…Tigris IV est au chaud…en gardiennage dans la marina d’Isla Colon.

Notre point d’entrée au Costa-Rica se fait par Sixaola, et nous passerons une fois les formalités panaméennes de l’immigration faites, par le fameux “Guabito-International Bridge“…Long et court, c’est selon…enjambant une superbe rivière que nous voyons à travers les lattes disjointes. Il est fait de métal, de bois et de rails improbables, inconfortables surtout, sur lesquels se déplacer devient une épreuve… Pour nous se sera pire, il pleut, il vente, aussi, entre le parapluie rétif et les roues de nos bagages qui se laissent corrompre par les interstices du pseudo-plancher, gagner le poste frontière du Costa Rica sera tout simplement une galère! Pour faire court : Exodus!…

De là nous nous rendrons à Limon en taxi.

A Limon, notre voiture de location livrée, nous ferons notre première excursion à Tortuguero.

De bon matin, à bord d’une “lancha” (petit bateau à fond plat), nous remonterons ce fleuve “chocolat”, coincé entre deux rives mi-jungle, mi-mangrove, humide à souhait, où sévit une faune des plus riches : oiseaux, singes hurleurs, paresseux, caïmans, et serpents…il est tôt, il a plu la nuit précédente, et tout ce petit monde se réveille et s’offre à nos yeux émerveillés…la lancha glisse sur l’eau dans un silence religieux…nous sommes conquis…

Notre prochaine découverte sera Braulio Carillo dans le parc de Sarapiqui. La découverte de la Selva (jungle), par un téléphérique qui nous emmène au dessus de la canopée, nous fera découvrir non seulement une incroyable flore, mais aussi des oiseaux : perroquets, toucans, et autres passereaux, tous plus colorés les uns que les autres! N’avoir que deux yeux se révèlent une épreuve…

Après une nuit dans un Lodge au milieu de la jungle, nous ferons route vers le parc national de l’Arenal.

Ce géant de feu, de type explosif, majestueux, un choc véritable lorsqu’il nous apparait au bout de la route… Il fume encore. Conscients de son pouvoir destructeur, il nous effraie et nous fascine… est-il vraiment beau ou sommes-nous juste subjugués par la puissance qui s’en dégage? Moi, c’est ma deuxième fois et le même trouble me gagne : un mixte d’angoisse et de plaisir …

Après deux nuits passées dans ce parc, nous poursuivrons par une piste au milieu de champs de café vers Monte Verde.

Monte Verde connait un développement touristique intense. De grands hôtels remplis de Gringos avec un important pouvoir d’achat, qui fera comme partout flamber les prix. Peu importe, Monte Verde reste au cœur d’une jungle foisonnante, flore et faune vont là aussi nous séduire. Nous y découvrirons, bien contenues dans des vivariums, toutes les espèces de serpents qui peuplent le Costa Rica

Avant de retourner vers la civilisation nous passerons un après-midi entier à la ferme aux colibris . Attraction qui nous a tout simplement enchanté !

Que dire de ces singes hurleurs, qui, sur la route du retour nous ont fait un concert assourdissant, tout ça en cachant leurs visages, et dévoilant leurs mâles attributs…

Le Costa Rica recèle tant de merveilles qu’en le quittant, une seule idée vous vient : Y revenir !

Rolande Murat

Leave a Reply

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

Possiamo aiutarti? Invia una mail a: emotionletter09134@gmail.com