En Français

Les Açores, Sao Miguel (2nd partie)

Lagoa do Fogo

Je plante le décors : Un ciel bas qui économise son bleu aujourd’hui, un vent qui souffle très fort et qui m’abrutit, un froid de gueux! Anorak, bonnet, gants ainsi équipée je décide de randonner. Je choisis pour cette première Sete-Cidades village dans un large cratère de 5km de diamètre, avec 2 lacs: Lagoa Verde et Lagoa Azul rivalisant de beauté.

Je choisis de les aborder par une piste forestière sur une crête qui offre des vues époustouflantes sur l’Océan et pâturages d’un coté, et sur les lacs et le village de Sete de l’autre. 15 kilomètres de merveilles géologiques: cônes volcaniques parfaits que la végétation a colonisé harmonieusement, d’autres effondrés, arrondis par l’érosion, avec des pâturages en leur centre.

Je découvre leurs berges où règne une subtile douceur de cottages Açoriens, un rien britannique, un rien Hollandais…mais un tout qui m’émerveille… L’ambiance est hivernale envahie par la brume avec pour seule lumière celle de mon coeur…

Lagoa do Fogo

Lagoa do Fogo joyau de Sao-Miguel m’attend aujourd’hui ! Bon nombre de visiteurs, selon les guides, ont attendu des heures, quelque soit la saison, pour le voir… et sont repartis bredouilles. En effet, “sa majesté” se drape souvent dans un épais brouillard… A mon arrivée sur le site, le ciel est bas, le lac sombre, sombre aussi son écrin de verdure. Mais le vent souffle soudain, chasse les nuages et laisse percer le soleil. Quel bonheur! 75 nuances de gris, verts, bleus, soyons fou! c’est vraiment “un joyau”!

La randonnée pour aller jusque ses plages est courte mais ardue, des volées de marches rendent ma progression vers les plages difficile. De plus les mouettes en pleine période de couvaison, crient et volent bas. Selon les guides locaux elles sont capables d’attaquer… raisonnablement, je fais demi-tour. Les miradors sur la route du retour m’offriront des paysages somptueux…

Empadadas-Raza-Pic do Pico et do Paul

Le temps n’est pas clément ce matin, mais cela ne me fait pas peur. Je pars malgré tout admirer un groupe de petits lacs éparpillés: Empadadas, Raza, Lagoa d’as Eguas et 2 petits Chaudrons. Pour atteindre les derniers au Pic do Pico, il me faudra faire 5km sur une colline où rien ne pousse à plus de 5 à 10cm de haut. Les flancs sans cesse battus par un vent très violent et froid, qui me pousse et me fait trébucher. Je suis accrochée à mes bâtons, les mains presque congelées. Le brouillard assombrit tout, j’ai l’impression que le jour peine à se lever, il est pourtant presque 11h…tant pis c’est malgré tout très beau et étrange, une ambiance à la Tolkien.

Je regagne finalement la côteoù m’attendent les Thermes. Exactement ce dont j’ai besoin pour me réchauffer!

Mais la géothermie et la gastronomie je vous en parlerai la prochaine fois. Patience…

Rolande Murat

Leave a Reply

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

Possiamo aiutarti? Invia una mail a: emotionletter09134@gmail.com