En Français

Nicola Agus: l’enfant prodige de la musique

Nicola Agus

Que faisiez-vous quand vous aviez 6 ans?

Vous vous amusiez?

Vous jouiez aux billes ou à saute-moutons?

Vous couriez dans la verdoyante campagne en jouant à cache-cache?

Bien…

Nicola Agus, lui, était déjà sur scène dans les foires, où il jouait oui…mais de divers instruments!

Vous étiez insouciants?

Nicola Agus, lui, pensait aux instruments qu’ils pourrait inventer. Il commençait déjà à chercher, changer, transformer… pas seulement les instruments, mais aussi le monde de la musique.

Il m’accueille chez lui. Il m’attend devant la porte, entièrement vêtu de noir comme un ange de la mort… mais il n’en a que l’apparence, car Nicola est un ange, oui, mais un de ceux emmenés sur terre pour nous ouvrir les yeux, que dis-je, les oreilles et nous faire découvrir que la musique est plurielle.

Un peu gauche, pas vraiment à l’aise, mais à peine commençons nous à parler musique que son visage s’anime comme s’il était soudain illuminé par un flash puissant. Je sens que quelque chose est différent, l’atmosphère change autour de nous. Il devient loquace et me parle de musique, de sa musique…

Avec ses yeux d’aigle, il ne lâche pas mon regard une seule seconde comme s’il craignait que je ne perde une miette de ses histoires. Connaissez-vous ces animaux mythologiques à tête de faucon et corps de lion? Un griffon. Voilà! C’est ça Nicola Agus: force, courage et vigilance… trois qualités qu’il a pris au Griffon. Comme l’animal mythologique, Nicola aussi survole le quotidien. Pas parce qu’il vit hors de la réalité, mais parce qu’il ne perd pas son énergie dans les futilités de la vie et se concentre plutôt sur la création. Je pense d’ailleurs que je devrais concevoir un nouveau mot pour le définir: Il n’est pas un chercheur, un constructeur, un inventeur… il est tout cela à la fois… un chercoventeur*.

Je l’écoute, je le regarde perplexe… il est différent, particulier et a une spiritualité dont nous, «pauvre commun des mortels», n’avons même conscience. Je me sens petite, dépassée par le génie de Nicola. Alors qu’il joue quelques unes de ses compositions ou qu’il me présente ses instruments, je me demande ce que ça fait d’être un génie et s’il s’en rend compte. Je n’arrive plus à l’écouter, je le vis, je le sens, tous mes sens sont en alerte.

Au premier instrument qu’il me fait toucher, ou plutôt caresser, une douce chaleur traverse mon corps.

Au deuxième instrument, des frissons m’envahissent.

Au troisième qu’il me fait essayer, je suis vaincue, mes pieds ne touchent plus terre.

Ensuite…

J’arrête de conter, j’en oublie même mon nom, je suis dans un autre monde, le monde fabuleux de «Nicola cœur de Griffon».

Waouh! Quel monde!

Le temps s’arrête. Le silence se fait. La musique de Nicola prend possession de l’espace. Et il me transporte… Un voyage épique où il est question de gladiateurs, d’indiens, de vent du désert, d’animaux sauvages et de chevaux, crinière au vent, galopant …libres.

Comme je voudrais partager avec vous ce moment où Nicola, derrière son piano, ses instruments à vent autour de lui, me fait Respirer la musique!

Je m’aperçois que Nicola je ne peux pas le raconter, il n’existe pas suffisamment de mot pour le qualifier, c’est un dictionnaire entier qu’il faudrait créer seulement pour lui! C’est un artiste qui «se vit», il estl’émotion à l’état pur…

Un homme cohérent. Ses actions et ses pensées vont de pair.

Depuis qu’il est haut comme trois pommes, il sait ce qu’il veut, il a un objectif et poursuit sa route contre vents et marées sans jamais changer de cap… Se succèdent alors une série d’évènements heureux et malheureux, mais il ne se laisse pas distraire, il a la musique dans la tête et même s’il a d’autres passions il intègre dans chacune d’elle la musique sous une forme ou une autre.

Et c’est ainsi qu’il réussit à faire danser ses chevaux au son de ses mélodies.

Si vous lui demandez quel est son livre préféré, il vous répond sans hésiter: Jules Verne, «Le tour du monde en 80 jours».

Voulez-vous savoir comment s’appelle son spectacle?

«Le tour du monde en 80 instruments».

Voyages et musique vont de pair. Il ne peut pas réellement visiter 80 pays? Qu’à cela ne tienne, il les visite à l’aide de ses instruments.

Du vent du désert avec le Duduk (instrument à cordes de l’empire Ottoman) à l’Hulusi (instrument asiatique à anche) en passant par la Zurna( instrument à vent Arabe), Nicola nous téléporte aux pieds des pyramides en Egypte grâce auNei (première flûte trouvée dans les pyramides), puis dans les Andes avec sa flûte de pan pour finir en mer avec l’Eram (instrument chercoventé* par Nicola).

Un voyage inoubliable où les instruments cohabitent en harmonie comme nous devrions le faire. Un bel exemple de respect et d’enrichisssement.

Nicola est un musicien visionnaire, il a toujours besoin d’innover et fait prendre un nouveau virage à la musique dont il a hérité. Il utilise des instruments traditionnels comme le Launeddas, dans un style moderne, avant-gardiste. Il nous offre des sons inédits, beaux, colorés, avec un brin de nostalgie qui lui vient des voyages faits ou encore à faire.

Est ce que sa musique plait?

Et comment!

Je suis allée faire une interview et je suis rentrée complètement déboussolée, remuée par les sons entendus, par l’homme que j’ai rencontré, par les valeurs que j’ai découvertes, par l’humble génie qui m’a ouvert les portes de sa maison, de son cœur, de sa vie.

Les amis, j’en ai écouté des musiciens, j’en ai rencontré des artistes, mais un comme Nicola on ne le rencontre qu’une fois, une seule, dans sa vie. Si vous avez cette chance, ne la laissez pas passer, Nicola est une comète…

Aujourd’hui j’ai fermé les yeux et je me suis laissée emporter par ses compositions… une question m’a traversé l’esprit: mais que fait encore une pépite comme lui dans nos sphères? Il a l’étoffe des grands compositeurs et sa musique mérite d’être la bande son d’un film!

Réalisateurs du monde entier, vous qui lisez ces quelques lignes, réveillez-vous! Le nouveau Ennio Morricone est né et moi, je l’ai rencontré!

Le temps s’est envolé. Je dois conclure cette belle rencontre et retourner dans ma réalité. Aujourd’hui grâce à sa musique, à ses instruments et à sa façon de composer, son style particulier, Nicola a ouvert le tiroir des rêves et a jeté la clef. Je m’en vais le cœur léger, des notes plein la tête, les yeux saturés d’étoiles et une certitude: nous entendrons parler de Nicola Agus, le virtuose de la musique, mémorisez bien ce nom!

Maintenant place à la musique. Eteignez les lumières, mettez votre casque audio et dégustez ce moment!

*Chercoventeur/chercoventé: mots inventés par emotionletter qui signifie: recherche, invention et construction faite par Nicola Agus

Christine Lauret

Notre chaine YouTube vous offre une autre approche de Nicola Agus. Découvrez ici:

https://www.youtube.com/watch?v=Ytl0g1WVIq4

https://www.youtube.com/watch?v=4JZMtSKD4JQ

https://www.facebook.com/nicola.agus.16

https://www.youtube.com/watch?v=Any-K-4FPII

2 Comments

Leave a Reply

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

Possiamo aiutarti? Invia una mail a:

emotionletter09134@gmail.com