En Français

Un voyage inattendu

Voyager en avion en classe économique sur un long courrier…la galère !

C’est pourtant l’expérience que je viens de vivre.

Ne pouvant que me plier aux exigences des compagnies aériennes pour quitter mon île, je m’installe dans l’avion, résignée. Placée dans la queue de l’appareil, 3 enfants voyageant en UM d’un côté et de l’autre le couloir, bref, la totale. Si vous ajoutez à cela des bébés hurleurs et une étudiante éplorée alors que l’avion n’a même pas encore bougé, vous comprendrez aisément que le vol ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices…

Je sors mon bouquin, mon magazine, ma musique, bien décidée à m’isoler de cette torture nocive pour mes oreilles, lorsque deux jeunes hommes arrivent. Ils s’installent de chaque côté de la demoiselle qui, pour le coup a séché ses larmes. Toujours aussi morose elle se cale au fond de son siège laissant les garçons prendre place. Elle se retrouve piégée entre les échanges des deux compères que rien n’arrêtent. L’un des deux, assis côté hublot, (je l’appellerai Luc) lui propose de prendre sa place. Elle, toujours murée dans sa tristesse, refuse, sans même le regarder. Qu’à cela ne tienne, Luc s’en fiche royalement et continue sa conversation il décide même de l’inclure dans cette discussion même si elle n’a pas l’air très engageante.

Et là, j’ai renoncé à m’isoler de ce monde, j’ai laissé tomber mes écouteurs pour assister en « auditeur libre » aux échanges de ces drôles d’oiseaux.

Jamais vol n’a été plus intéressant ! Luc, grand, mince, jovial, ne peut prononcer une phrase sérieuse. Tout est plein d’humour, il manie l’ironie à merveille, et sait retourner les situations qui en deviennent cocasses.

Elle fait des études de Psycho ? OK, OK, alors Luc propose d’être son premier patient…et tout à coup, de Psy, elle est devenue patiente, et c’est elle qui se raconte…elle n’en a même pas conscience ! Il est fort, très fort ce jeune loup ! Il sait faire parler les autres et rebondir…tout ce que la demoiselle raconte il le tourne en dérision, elle ne s’en aperçoit pas, drôle, très drôle, les deux compères sont complices, les œillades échangées le prouvent… Elle se plaint d’avoir eu une vie de princesse…Il lui répond compatissant : « oui, bien sûr, c’est triste !… » Elle avoue avoir un petit copain jaloux, qui ne la laisse pas sortir, que la vie n’est pas facile… « Alors change de vie » lui dit-il d’un air absolument sérieux… Elle ne relève pas, et continue sa litanie…

Qu’est ce qui fait qu’un couple marche d’ailleurs ? Un qui fait trop de concessions et l’autre pas assez, un couple ça marche à deux, tout seul on avance plus léger, à deux on est trop chargé…Foot, couple…tout est compliqué finalement. Il lui demande ce qu’il faut faire, elle lui dit qu’il ne comprend rien et lui explique… il réplique : « ah oui, là c’est la maturité qui parle… ! » Elle ne relève même pas, elle a à peine 20 ans lui 33 et il parle de maturité… le troisième larron se marre, comme moi, je l’avoue ! Il excelle dans son rôle de psy, il change même de voix à l’occasion, quel acteur !

Luc assène ces phrases de manière sérieuse, comme s’il y croyait vraiment, mais il n’y en a qu’une qui le croit sérieux, c’est Sabrina…c’est ainsi qu’elle se nomme…elle se détend, parle, parle, se lâche, rit, se détend, minaude…et l’autre s’amuse de cette attitude, il la chahute un peu, elle ne s’inquiète pas, elle est à sa merci, il a un charisme fou ce mec ! A eux deux, trois, ils font l’animation, même les stewards au passage tendent l’oreille et ne peuvent s’empêcher de participer. On se croirait à une terrasse de café !

Avez-vous déjà assisté à une conversation où l’un parle sérieusement et l’autre manie l’humour de main de maitre ? Elle est le dindon de la farce… Car, Luc, Daniel, Paul et les autres, qui que vous soyez, vous ne pouvez exister qu’au dépend d’une « victime », une victime trop jeune, trop bavarde, trop fragile…sur qui vous pouvez exercer votre art sans limite.

Je ne saurais trop vous blâmer, je serais plutôt du côté des victimes en principe, mais j’avoue que là, point de méchanceté en vue, juste une nature drôle qui m’a permis de passer les 11 heures les plus inattendues de ma vie dans un avion. Si vous ajoutez à cela un chat qui traverse les couloirs de l’avion en pleine nuit … là on nage en plein délire !

Et pourtant, après avoir battu des paupières à plusieurs reprises, il était toujours là, assis, au milieu de l’allée me fixant de ses yeux verts… Allons donc, je manque de sommeil voilà tout ! Mais je m’aperçois que l’équipage s’est mobilisé pour attraper ce chat évadé de son panier, le félin a plus d’un tour dans son sac ! Le petit jeu a bien duré un quart d’heure, où la bestiole les a rendu chèvre, avant de se glisser d’elle-même dans sa cage comme pour dire : ” c’est quand JE veux !”

Alors entre le trio infernal (avec Luc comme acteur principal, chez qui le bouton off n’existe pas), le chat fugueur, et, ah…j’oubliais ! Un chef de cabine plutôt …comment dire…sympa (et le mot est faible !) …on ne s’ennuie pas sur cette compagnie aérienne dont je tairai le nom !

Merci les Garçons, si vous me lisez, de m’avoir donné matière à écrire…

Christine Lauret

2 Comments

Leave a Reply

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

Possiamo aiutarti? Invia una mail a:

emotionletter09134@gmail.com